Apprendre au musée.

Louis Pons, plasticien français, disait «  Le musée, c’est léquivalent de la retraite des vieux pour les œuvres d’art ». Il était bien loin du compte. Le musée n’est pas seulement un lieu où le visiteur est passif devant une exposition : il peut aussi être l’endroit idéal pour apprendre de manière ludique et vivante.

C’est par exemple le cas pour le Vaisseau de Strasbourg.

Le Vaisseau

Le Vaisseau – Tael

Destiné aux enfants et adolescents de 3 à 15 ans, le Vaisseau propose un apprentissage par le jeu et la participation. Il y a cinq expositions permanentes : le monde et moi, les secrets de l’image, découvrir les animaux, je fabrique, et le jardin. Cinq univers donc, autour des sciences naturelles et du corps humain.

L’avantage du Vaisseau réside dans son prix : pour 7 euros par enfant et 8 euros par adulte (6 euros le samedi et seulement 3 euros après 16h30), les petits scientifiques en herbe sont ravis de comprendre le monde qui les entoure, tout en s’amusant sous les yeux de leurs parents.

On peut également citer, parmi les musées qui proposent une forme d’edutainment, la Cité de l’espace de Toulouse. Forte de ses 268 900 visiteurs en 2010, la cité de l’espace propose aux enfants de découvrir la galaxie, construire une fusée ou encore de se déplacer en obéissant aux lois de la pesanteur.

Un petit aperçu du site ici :

Les musées ne peuvent donc plus êtres considérés comme ennuyeux avec de tels exemples. Dans ceux-là, il n’est pas interdit de toucher, bien au contraire.

Quelques bémols cependant : tout d’abord, il semblerait que des structures de telle ampleur proposant l’apprentissage par le jeu et l’expérimentation soient réservées au milieu scientifique. Entre sciences naturelles et sciences physiques, le choix est mince. Difficile donc d’initier les enfants à d’autres domaines comme l’histoire, l’art ou la littérature. On peut cependant apprécier la facilité avec laquelle les enfants apprennent et se passionnent pour des sujets qu’il n’est pas toujours facile d’expliquer simplement. La meilleure méthode est l’expérimentation, car l’on retient toujours mieux ce qu’on a « vécu » ou testé. De quoi développer l’esprit scientifique des enfants dès le plus jeune âge.

Autre point négatif : le coût. Si pour le Vaisseau de Strasbourg, l’entrée est abordable, il faut compter entre 13 et 23 euros par personne pour passer une journée à la Cité de l’Espace. Et l’investissement de départ pour monter de tels projets est colossal : 17,4 millions d’euros ont été investis dans le Vaisseau en 2005. En ce qui concerne la Cité de l’Espace, ce ne sont pas moins de 23millions d’euros qui ont été déboursés à l’ouverture. Dans les deux cas ce sont les collectivités territoriales qui ont financé la majorité du projet, et qui l’entretiennent.

Enfin, le Vaisseau et la Cité de l’Espace rencontrent un problème commun : la plupart des visiteurs vivent dans la région qui les abrite. En 2009, une étude de la Cité de l’Espace a montré que seulement 30% des visiteurs ne venaient pas des départements limitrophes. Situés pourtant dans deux grandes villes, Strasbourg et Toulouse, les deux musées semblent souffrir de la concurrence du célèbre Palais de la Découverte parisien. La capitale attire en effet plus de visiteurs de tous horizons : Strasbourg et Toulouse ne peuvent pas prétendre avoir autant d’attractivité que Paris. Le Vaisseau et la Cité de l’Espace n’ont pourtant pas à rougir du nombre de leur visiteurs. Ce ne sont pas moins de 1,6 millions de personnes pour l’un, et 3,5 millions pour l’autre qui se sont pris au jeu.

Caroline Pajot et Lucie Gillet

Advertisements