La Nintendo 3DS fait son entrée au Louvre

Le Louvre vient de préférer la Nintendo 3ds à l’appareil monotone qui servait auparavant d’audioguide. Une initiative osée mais déjà couronnée de succès.

On peut être le plus important centre d’antiquités au monde tout en demeurant à l’avant garde du ludique et de l’interactif. C’est en tout cas le message que semble vouloir faire passer le Louvre. Peu après le lancement de son application Iphone, le musée récidive dans sa volonté d’ajouter à ses collections une dimension interactive. Depuis quelques semaines, touristes, familles et esthètes en visite arborent autour du cou une Nintendo 3ds. Venue bousculer notre façon d’interagir avec les œuvres, sa mise en circulation signe le début d’une petite révolution entamée par le musée.

Désormais, les œuvres parlent, se montrent sous des angles peu ordinaires et dévoilent tout de leur magnificence. Une nouvelle qui ravira les néophytes et les 50 % de moins de 30 ans qui font chaque année le déplacement au musée.

Pour concevoir le logiciel installé dans les 3ds, Nintendo a fait appel au talent de Shigeru Miyamoto, génial créateur derrière Mario et Zelda. Résultat, la prise en main est enfantine. Une voix invite toujours le visiteur à regarder l’œuvre et guide son regard sur les points intéressants, jusque là pas de changements majeurs. Mais c’est sans compter sur les deux écrans permettant d’afficher simultanément un tableau et le plan du musée.

L’ interface tactile facilite également la navigation. Démarrer, suspendre et relancer les commentaires devient un jeu d’enfant. Dans le catalogue d’œuvres en mémoire, certaines sont disponibles en haute définition pour que vous puissiez les scruter en détail. Pratique lorsqu’il faut attendre, comme souvent à cause de la foule, avant de pouvoir contempler l’œuvre dans sa réalité. Au nombre des utilisations innovantes, s’ajoute la vision 3D, qui offre pendant une halte l’occasion de faire pivoter à 360° la statue de la Vénus de Milo ou de la Victoire de Samothrace. Mais c’est une fois transformée en GPS que la Nintendo se révèle indispensable.

Pour vous repérer dans les dédales du musée, à chaque endroit et à tout moment, vous êtes géolocalisés et guidés selon le parcours que vous avez prédéfini. Par ailleurs, des vignettes vous indiquent sur le plan interactif les œuvres qui font l’objet d’un commentaire et l’itinéraire pour s’y rendre. L’objectif n’étant pas que vous passiez votre visite les yeux rivés sur un écran, la Nintendo passe en mode veille dès qu’elle n’est plus utilisée. L’idée est simplement qu’elle soit accessible pour vous dire où aller, vous délivrer l’information désirée et vous aider à faire vos choix.

Avec ce dispositif, Nintendo montre une façon originale d’accroître sa visibilité auprès du grand public et s’illustre face à la concurrence. Pour son directeur, il n’est pas question de stratégie particulière, mais de démontrer que ses produits vont bien au delà de l’utilisation vidéoludique. Nintendo affiche son goût pour l’art et en profite pour enrichir une nouvelle fois son portefeuille ludo-éducatif (English Training, 100 livres classiques etc.) démarré il y a bientôt 7 ans.

Le partenariat avec Nintendo étant fixé sur 5 ans plusieurs projets sont à l’étude. Des parcours adaptés aux personnes handicapées devraient être développés et un projet destiné aux enfants est en passe d’être ajouté. Cela concernerait la zone Égypte avec une initiation ludique à travers des petites animations. A terme, la société japonaise devrait mettre à disposition cinq mille Nintendo et apporter plusieurs moutures à son logiciel.

Cette nouvelle application du musée du Louvre a d’ors et déjà fait du bruit. D’autres musées en France et en Europe plancheraient déjà dessus. Nul doute que dans un futur proche, nous devrions voir se multiplier ce genre de dispositifs. La technologie a en effet encore beaucoup à apporter à la culture.

Nintendo 3ds 5 euros en location (3 euros en tarif réduit)

http://www.louvre.fr

Donatien Quelquejay

Publicités