LES ARG, QU’EST CE QUE C’EST ?

ARGs-Christmas.016

Que peut-il bien se cacher derrière ces étranges initiales A.R.G ? C’est à travers cet article que vous découvrirez cet univers encore bien méconnu mais qui pourtant, est un système très performant de communication/marketing pour impliquer et rassembler une audience autour d’un objectif à atteindre. C’est parti pour une immersion totale.

« L’Alternate Reality Game » (ARG) ou « jeu en réalité alternée » est un concept considéré comme une vraie immersion narrative utilisant le monde réel comme support de création d’un scénario fictif. Il s’agit de troubler les joueurs afin que le monde réel et l’expérience se confondent. Le jeu est donc dynamique et complètement influencé et guidé par les progrès et spéculations des joueurs. En effet, ils doivent alors exploiter leurs connaissances, compétences et ressources techniques. Pour la plupart de ces ARG, ils sont, ce que l’on appelle transmédia, c’est à dire qu’ils nécessitent de médias pour leur mise en scène dans la vie réelle, tels que la télévision, publicité dans les journaux, messages texte, coups de fil, internet, affiches… Cela permet alors de développer un univers intégral et ainsi renforcer la crédibilité des situations et du récit.

Les premiers jeux en réalité alternée ont été mis en place et inventés grâce au succès inconditionnel des jeux de rôle dans les jeux vidéo. À cette époque, il s’agissait simplement d’inclure un décor existant ou des objets de la vie réelle dans le jeu vidéo. Le joueur était déjà en état d’immersion. Cela a duré pendant plusieurs années et c’est durant les années 90 que les premiers ARG ont fait surface.
Aujourd’hui, les publicitaires ont bien compris la puissance des jeux en réalité augmentée car cela lie à la fois le plaisir et la publicité d’un produit sans que les joueurs puissent s’en rendre compte. Certains optent pour engager des starlettes pour promouvoir un produit mais d’autres préfèrent utiliser l’intérêt des ARG pour faire connaître un produit, un film ou encore une série TV.

Cependant il faut comprendre que le but de ces jeux en réalité alternée n’est pas forcément de mettre en lien le joueur avec le produit, les acteurs ou encore le décor. Il s’agit plutôt de les laisser interagir et communiquer ensemble sur le sujet évoqué. C’est pourquoi tous les moyens de communication sont là pour laisser de nombreux indices pour résoudre une enquête.

Comment se déroule un ARG ?

Afin de bien comprendre ce qu’est un ARG, prenons l’exemple récent d’un de ces jeux, qui avait pour but de promouvoir le film « Millénium : les hommes qui n’aimaient pas les femmes » adapté au cinéma par David Fincher. Pour cet évènement, tout un univers transmédia a été créé pour rassembler un groupe de joueurs autour du film. Nous allons présenter en détail l’univers narratif mis en place pour cette occasion.

Millenium-–-Les-hommes-qui-n’aimaient-pas-les-femmesCe jeu immersif a été mis en place à la sortie du film en 2011 et a duré 7 mois. Afin de mêler le jeu à la vie réelle, l’ARG était sous la forme d’une enquête collective entre les joueurs (comme dans le film pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu). Ils ont à disposition des indices et des objets à trouver dans plusieurs pays (dont les États-Unis et la Suède) pour avancer dans l’expérience. En effet, 32 artefacts liés au film (effets artificiels) ont été dissimulés partout dans le monde. C’est d’ailleurs grâce à des données GPS et d’énigmes numérotés que ces artefacts ont été trouvés. Les joueurs participant à cette enquête étaient aidés par des relais d’informations comme « mouth taped shut » (http://mouth-taped-shut.com). Cela allait du compte twitter à une grille où apparaissaient les artefacts déjà trouvés, en passant par un site angoissant et diffusant une trentaine d’images du film. Pendant toute leur expérience, afin de garder quand même l’idée promotionnelle du film et pour garder une certaine emprise sur les joueurs, des photos, séquences, extraits de livres étaient à leur disposition. Voici en détail les différentes étapes de ce jeu : http://www.mentorless.com/the-girl-with-the-dragon-tattoo/

lost-experience1Autre exemple : «  Lost » la célèbre série TV. L’approche est très différente, puisque les producteurs ont choisi de créer un ARG en se basant sur les mystères déjà présents dans la série pour lancer des énigmes et diffuser petit à petit des indices aux grands fans qui aimeraient résoudre ces mystères.
En 2006, par exemple, « The Lost Experience » a été diffusé, débutant par une publicité pour la fondation HANSO (après la diffusion d’un épisode) dans laquelle il y avait un numéro de téléphone. Si les joueurs appelaient, ils pouvaient entendre différents messages contenant des indices ou des indications à suivre pour résoudre les mystères.

Comment crée t-on l’univers si particulier des ARG ?

Le vrai challenge pour la création d’ARG est bien évidemment l’écriture. Il faut que le déroulement de l’histoire soit fluide et rapide à comprendre pour que les joueurs puissent être en immersion dès le départ du jeu. Les concepteurs de jeux en réalité alternée font évoluer leur scénario initial au fur et à mesure en fonction de l’avancé des joueurs afin d’être capable de s’adapter aux éventuels imprévus. D’ailleurs, pour cela, les concepteurs d’un jeu en réalité alternée mettent en place différents concepts essentiels pour veiller au bon déroulement du jeu :

  • La Dissémination : les éléments du récit sont dispersés pour permettre aux participants de reconstituer la trame globale.
  • L’Autonomie : la narration n’est pas liée à une seule plateforme mais utilise l’ensemble des supports (médias, situations, transports..) pour se déployer.
  •  L’Esprit de ruche : l’expérience est aussi bien individuelle que collective mais les participants doivent quand même partager leurs connaissances pour surmonter les obstacles des différentes situations.
  • Le Mimétisme : les éléments de l’expérience copient des éléments réels pour atténuer la frontière entre fiction et réalité.
  •  L’Individu-média : les participants restent eux-mêmes et ne doivent pas jouer un rôle contrairement à ce que l’on pourrait croire. Ils apportent leur vécu dans l’expérience et s’appuient sur leurs connaissances pour franchir les difficultés.
  •  L’Évolutivité : le scénario doit pouvoir s’adapter aux divers événements survenant durant la durée de l’expérience.
  •  Le Discernement : les éléments, bien que reproduisant la réalité, doivent pouvoir être identifiés comme faisant partie d’une expérience narrative fictionnelle.

Qui peut s’intéresser aux ARG ?

Buzz

On peut constater que les joueurs les plus fréquents sont des grands fans (de l’univers créé, du film, de la série ou encore du jeu vidéo) mais aussi, et bien évidement, les inconditionnels joueurs d’ARG. il s’agit alors de « geek internet » : le fan du monde imaginaire (BD, sciences fictions, jeux vidéo…). Celui-ci possède alors de grandes compétences sur internet et c’est pourquoi il adore les ARG : enquêter, se creuser la tête, fouiller sur internet… on peut donc affirmer que ces jeux en réalité alternée sont créés pour des « geeks internet » (différents des « geek jeux video ») et donc pas très accessibles au grand public.

Avis aux plus curieux : Franck Rose, journaliste, nous exprime dans son ouvrage «  BUZZ » son sentiment face à Internet et ses nouvelles formes de culture. Il nous parle alors d « L’Alternate reality game ».

Pauline Pennanec’h & Florence Watine

Publicités