ICO : INTERFACES CERVEAU-ORDINATEUR

Commander le mouvement par la pensée sans l’intermédiaire du corps : ce qui était science-fiction est devenu réalité avec le logiciel Open Vibe 2.

Pensée, une donnée informatique

ICO 1De l’érudit riche en savoirs à la cybernétique de masse et l’industrie culturelle, l’activité humaine a toujours été liée à l’usage d’outils techniques, de systèmes, de mécanismes et de leurs innovations respectives. Ces évolutions relatives à la rationalisation de la pensée humaine ont permis non seulement de procéder à la libre circulation des informations, mais également à en transformer les supports et modes de traitement.

Au-delà de la simple interaction homme machine, les transferts de données se concrétisent aujourd’hui dans les technologies ICO (interfaces cerveau-ordinateur) ou BCI (Brain-computer interface). Le logciel Open Vibe 2 est un précurseur dans le domaine.

Financé par l’ANR (Agence nationale pour la recherche) et issu des recherches de 9 partenaires rassemblant des laboratoires pionniers tels que l’INRIA (L’Institut national de recherche en informatique), l’INSERM (institut national de la santé et de la recherche médicale) ou encore UBISOFT et BLACKSHEEP STUDIO pour les industriels du jeux vidéo, Open Vibe 2 est un logiciel open source, ouvert aux secteurs de la santé, des biotechnologies, de la société civile et des applications ludiques. Il s’agit en réalité d’une interface permettant de traduire les activités cérébrales en données informatiques en vue d’interagir avec un environnement virtuel.

Penser, le jeu vidéo de demain

ICO 2Après la commande « gestuelle » (joystick, souris, gamepad), la commande « mentale » est une nouvelle voie très prometteuse dans le domaine des jeux vidéo. Depuis le début des années 2000, les scientifiques se penchent sur la question de l’intégration des technologies ICO pour interagir avec les environnements virtuels.

Le but du projet OpenVibe 2 est d’identifier et d’utiliser l’état mental et les réponses cérébrales de l’utilisateur pour interagir avec le jeu et adapter le contenu du jeu vidéo lui-même. Les ICO ne sont plus une technique de substitution mais un nouveau moyen de jouer, complémentaire aux interfaces traditionnelles. Ainsi, le joueur peut continuer à utiliser son joystick et en parallèle ou à des moments clé du jeu, il pourra mobiliser également son activité cérébrale pour jouer.

Mode d’emploi

Le 22 Janvier 2013, l’INRIA présente sa nouvelle génération de jeux vidéo contrôlés par la pensée. Plusieurs jeux expérimentaux sont déjà disponibles avec des modes multi-joueurs.

L’utilisateur porte un casque électroencéphalographique et matérialise un mouvement dans ses pensées. Se produit alors une activité neuronale mesurée par l’ordinateur sur lequel est installé Open Vibe 2. L’énergie du cerveau est transmise sous forme de signal électrique, qui est ensuite traduit en ligne de commande. Celle-ci est envoyée au jeu qui réagit à son tour.

Ainsi, à travers plusieurs softs, l’utilisateur, expérimenté ou non, peut interagir en soulevant un vaisseau spatial issu de la guerre des étoiles, en jouant en multi-joueurs à un jeu de football simplifié, en détruisant des vaisseaux ennemis à la manière de Space Invaders, en écrivant par la pensée ou encore en se déplaçant dans un musée virtuel. Le tout en regardant simplement l’écran.

A ce jour, le projet n’en est qu’à ses prémices, mais la réalité est perceptible : Commander le virtuel par la pensée ou le regard est désormais possible.

Certaines marques de plate-formes vidéo ludiques sont d’ailleurs déjà lancées dans la conception de ce nouveau type de gaming, quand d’autres chercheurs, laboratoires, cliniciens, développeurs et industriels se penchent sur la question afin d’élaborer des applications concrètes et utiles, notamment dans le traitement des troubles neurologiques et psychiatriques.

Néanmoins, de telles recherchent posent de nombreuses questions, quand l’impact du jeu vidéo en lui-même et les méthodes de gestion des maladies psychiatriques sont décriées depuis de longues années.

Entre réalité et virtuel

L’avancée technologique est nécessaire à l’évolution. Cependant, de tels processus comportent indéniablement des risques. Il est effectivement prouvé par Open Vibe 2, qu’une fatigue importante apparaît au bout de quelques minutes lorsque la scénarisation des commandes du logiciel est trop élaborée.

De plus, dans une société ou il est aujourd’hui difficile de se déconnecter de son smartphone, ou se trouveront les limites entre réalité et virtuel, si penser un monde parallèle devenait un standard ? Ces technologies notamment développées dans le but de soigner des troubles neurologiques et psychiatriques ne vont-elles pas participer à créer de nouvelles confusions et déviances ? Entre neuromarketing et futur business de surhommes, des questions d’éthique se posent face à de telles avancées technologiques.

Maël Dubourg

Publicités