Pierrick Sorin: Réalité numérique

Le numérique est devenu une technique incontournable pour les artistes de notre époque. Ce support innovant a permis d’élargir les possibilités de création. Nombreux plasticiens se sont adaptés aux nouvelles technologies. Pierrick Sorin, artiste et plasticien français a choisi de développer ses œuvres autour des techniques numériques.

Pierrick Sorin

Pierrick Sorin

Quand Pierrick Sorin crée, il le fait avec les outils qu’il a à disposition. Ainsi ses créations reflètent souvent leur époque. Dessinateur ou vidéaste, son art a évolué en parallèle de la technologie. « J’ai commencé par la bande dessinée (…) ensuite j’ai travaillé sur des films d’animation, le rapport entre la bande dessinée et le film d’animation est très étroit ». N’étant pas particulièrement attaché à la bande dessinée, qu’il considère comme une forme appauvrie du cinéma, « la BD ne m’intéresse plus  aujourd’hui », Pierrick Sorin se détache du dessin pour se consacrer à la vidéo. En 1988, il se filme au “réveil” dans une œuvre expérimentale du même nom.  Suivent ensuite Une vie bien remplie en 1995 et Le creux de l’enfer en 1996. Son goût pour la vidéo et les trucages cinématographiques le pousse à travailler sur l’image en elle-même. Un désir qui n’est pas sans rappeler l’univers de Méliès à qui il fait souvent référence. Ainsi l’artiste crée ses œuvres en fonction des innovations techniques qui apparaissent peu à peu. Il élabore ses premières vidéos avec l’argentique puis l’analogique, son corps se dédouble alors à l’image grâce au procédé analogique. L’avénement du numérique ouvre des nouvelles perspectives d’évolution artistique : « le tout numérique me permet de faire 5 ou 6 personnages ou même 80 ». Il développe donc de nouvelles créations comme des « pseudo-hologrammes », en racontant leurs histoires et en les mettant en scène dans des endroits insolites.

Un artiste numérique

Aujourd’hui, l’artiste a délaissé la bande dessinée, l’argentique et l’analogique pour le numérique: «  le numérique permet d’être beaucoup plus rapide, on peut retrouver le rendu argentique, ça offre plus de possibilités » . Ce nouveau procédé lui permet d’élargir le champs de ses créations tout en étant plus rapide. «Je peux dire qu’il y a eu une évolution très nette. Quand je travaillais en argentique, j’aurais pu, grâce à des truquages, me dédoubler en deux personnages. Mais ça aurait été très compliqué et je n’aurais jamais été sûr du résultat car il aurait fallu attendre trois semaines pour que ce soit développé ». Pour le plasticien, le numérique est avant tout un outil au service de l’art, il lui  permet un rendu de meilleure qualité. Cette technique a tout de même apporté de nouvelles possibilités « Par exemple, le motion control nécessite un contrôle informatique des mouvements de la caméra pour le reproduire ensuite à l’identique » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Motion_control). En ce qui concerne ses «pseudo-hologrammes », ils sont inspirés d’une technique beaucoup  plus ancienne , celle du praxinoscope .

14880_1327571262_aquarium-aux-danseuses

L’aquarium aux danseuses

Cette création du 19ème siècle joue sur une illusion lumineuse grâce à un système de miroirs.  « Les hologrammes coûtent cher, donc je fais de faux hologrammes. Je fais des images plates qui  apparaissent virtuellement dans l’espace ». C’est ainsi que naît L’aquarium aux danseuses en 2010, ou récemment son exposition Invasion à Marseille. Si l’artiste utilise aujourd’hui cette technique, il n’en espère pas moins travailler un jour avec de véritables hologrammes: « j’aimerais un jour créer de vrais hologrammes qui seraient réellement en 3D. Ce qui existe déjà mais c’est trop lourd à créer. Quelque chose qui serait vraiment en relief et qui serait perceptible sans lunettes et sans écran… ».

L’artiste fantasme sur ces technologies mais garde un esprit critique sur le numérique: « …mais finalement je ne sais pas si ce serait une bonne chose, on risquerait d’arriver à quelque chose de tellement réel. Peut-être trop réel pour être intéressant ».

Louise Plessier, Renaud Masson, Raphaèle Tondriaux-Gautier

Advertisements