Le savoir à portée de tous.

La culture inaccessible, réservée à une élite éduquée?

Livrophone

Livrophone

Il est vrai que l’on entend beaucoup de choses en matière de politiques culturelles Françaises et Européennes, surtout en ce qui concerne les dispositifs installés dans les musées et lieux qui accueillent des expositions. La visite de grands halls austères remplis de tableaux lugubres ou de vielles croûtes outragées par le temps est bel et bien révolu. Fini les longues déambulations dans des couloirs étroits à ne pas savoir quoi regarder et à ne pas comprendre ni interpréter ce que l’on voit !

Mesdames et messieurs, voici venu le temps du livrophone. Grâce à lui, le monde va entrer dans une nouvelle ère, une ère ou l’accessibilité au savoir et à la connaissance ne s’est jamais faite de manière aussi ludique et pratique.

Outil pédagogique polysensoriel, le livrophone ne se laisse pas lire simplement. Non, c’est un livre qui certes, se lit, mais qui se touche et s’écoute également. A l’heure où le livre en tant que telle se dématérialise de plus en plus à cause de l’émergence des tablettes tactiles, le livrophone s’érige en rempart à la dématérialisation tout azimut des supports culturels et s’impose de faite comme un objet à part, hors du temps, volontairement anachronique.

Nostalgie, quand tu nous tiens

Mais cet état de fait va jouer en sa faveur. En effet, l’heure est à la nostalgie, on retourne tête baissé dans ces émissions ou ces articles consacrés à la gloire des décennies passées que ce soit au niveau culturel, économique ou social. Le livrophone stimule et est né de cette demande. Une demande nostalgique du produit analogique, palpable et réel. Cet instrument de partage du savoir n’est pas limité par un quelconque écran tactile ou à LED, ici l’objet est fait de plastique et de métal complété par quelques composants électroniques mais rien de plus.

Deux enceintes et un rétroprojecteur viennent compléter cet attirail de champion. Un objet qui aurait pu être créer dans les années quatre-vingt et qui n’aurait jamais subit les affres de l’obsolescence programmée.

Livre 2.0

Livrophone

Livrophone

Mais le livrophone, si il est tout de même un livre est-t-il consommable comme tel ?

Pouvons-nous au gré des pages nous construire une histoire faites de visions mentales que nous ne partagerons qu’avec nous même ? Le livrophone reste un livre avant tout, un livre avec des pages, remplis de textes et d’images, des pages que l’ont peut tourner et retourner dans tout les sens, à notre guise. Le livrophone est un livre mais un livre amélioré, un livre conçu pour livrer le savoir de manière multisupport. C’est d’abord un livre parlant, un livre qui lorsqu’on tourne ses pages va se mettre à argumenter, à transmettre son savoir avec le lecteur. Une sorte d’échange se créé donc entre l’objet et le manipulateur de l’objet. Mais pour le moment, le livrophone n’est capable que d’un simple monologue aussi riche soit-il. Bientôt peut-être une prochaine version sera capable de tenir une conversation avec le lecteur.

Le livre parle, mais seulement. A cela s’ajoute le mouvement. En effet, le livrophone est un condensé d’images, de textes, mais aussi de vidéos. Plus qu’un simple livre, c’est une plate-forme audiovisuelle de qualité qui s’offre aux lecteurs avides de connaissances.

Vers une accessibilité pour tous

La transmission du savoir est donc devenue interactive, ludique et audiovisuelle. Une poussée vers l’avant qui profite à tous, mais qui permet également de rendre accessible le savoir à des publics mit en retraits. Les personnes en situation de handicap visuel par exemple se voit offrir une nouvelle manière de sentir le monde et de profiter des trésors culturels de nos musées.

Le livrophone est ouverts sur son monde et permet à tous d’acquérir la connaissance nécessaire à son épanouissement personnel. Disponible en plusieurs langues, il n’y a qu’un pas avant qu’il conquière le marché européen.

Simon Grumeau

Publicités